Arbitrage sur la prise en charge des soins dentaires
13/03/2017

Thumbnail [16x6]

Suite à l'échec des négociations tarifaires entre l'Assurance maladie et les représentants des chirurgiens-dentistes, la Ministre de la Santé Marisol Touraine approuve les propositions de l'arbitrage du président de chambre honoraire à la Cour des comptes mettant en œuvre de nouveaux tarifs et plafonds relatifs aux soins dentaires :
- un plafonnement progressif des tarifs sur les prothèses sera instauré sur 4 ans avec, en parallèle, un relèvement de 107,5 € à 120 € en 2019 de la base de remboursement de la pose des couronnes, acte prothétique le plus courant ;
- les tarifs pratiqués sur les prothèses pour les 5,52 millions de patients bénéficiaires de la CMU complémentaire sont déjà plafonnés mais les plafonds seront revalorisés (exemple : pour la couronne métallique, le plafond passera de 230 € à 250 €) ;
- pour renforcer la prévention, les soins conservateurs seront revalorisés progressivement (exemple : l'acte de restauration d'une dent sur un type de carie va passer de 41€ en 2016 à 67€ en 2018).
En complément du règlement arbitral, un arrêté prévoit la création d'examens bucco-dentaires de suivi pour les jeunes à 21 ans et à 24 ans, pris en charge à 100 %. Pour les patients diabétiques, le règlement arbitral crée une séance de bilan parodontal (35 €) permettant de détecter les pathologies de la gencive et de l'os, ainsi qu'une prise en charge des traitements (jusqu'à 390 €).

Autres articles

Mutuelle d'entreprise obligatoire : quid des anciens salariés ?

Le 1er juillet prochain, l’encadrement progressif des tarifs des contrats d'assurance complémentaire santé entrera en vigueur pour les anciens salariés qui souhaitent conserver leur mutuelle d'entreprise.

Au bureau on peut papoter mais pas vapoter !

L'interdiction de vapoter au travail entrera en vigueur le 1er octobre 2017.

2 euros de plus chez le médecin

Comme c'est la tradition, des évolutions tarifaires entrent en vigueur le 1er mai. C’est le cas pour les consultations chez les généralistes.