Débat sur l’appartenance à la résidence principale d’un studio attenant
03/07/2017

Thumbnail [16x6]

Le cas d’espèce : Une femme achète avec son compagnon un appartement de quatre pièces en rez-de-chaussée et un studio au premier étage du même immeuble. Le couple occupe l’appartement, et la fille de la propriétaire, le studio. Lors de la cession de celui-ci, l’impôt sur la plus-value est payé. Ultérieurement, la mère revendique l’exonération de la plus-value pour cession de la résidence principale au motif que le studio ayant été acquis pour loger sa famille, il constituerait une partie de sa résidence principale.
Elle s’appuie sur doctrine administrative qui admet que lorsque deux appartements sont situés dans le même immeuble et que leur acquisition a été rendue nécessaire par le nombre des personnes à la charge du contribuable, ces appartements forment une unité d'habitation et constituent par voie de conséquence la résidence principale de l'intéressé.
Mais le Fisc refuse. Sa décision s'inscrit dans la ligne de celle par laquelle le Conseil d'Etat a jugé qu’un appartement occupé par un enfant majeur du contribuable, distinct de la résidence principale de ce dernier, ne peut être regardé comme constituant également la résidence principale de celui-ci, quand bien même l'enfant majeur serait encore à sa charge ou rattaché à son foyer fiscal.
Confirmation des juges du fond. La cour administrative d’appel de Versailles relève qu’à la date de la cession, le studio était habité par la fille majeure de la cédante, qui constituait un foyer fiscal distinct au vu de ses déclarations de revenus.

Autres articles

Expatriation avant la cession de la résidence principale : le Conseil constitutionnel est saisi

Une personne qui a quitté la France au jour de la cession de son ancienne résidence principale bénéficie au mieux d'une exonération partielle de sa plus-value, l'exonération totale étant réservée aux résidents. Cette règle d'imposition fait l'objet d'une question prioritaire de constitutionnalité

Spéculation immobilière : Saint Barth met un coup de frein

La taxe sur les plus-values immobilières, qui s'applique à Saint-Barth également à la résidence principale, s'élèvera à 35% si le vendeur occupe son bien depuis moins de cinq ans, au lieu de 20% en cas d'occupation antérieure.

Immobilier : Comment calculer la plus-value lors de la vente ?

Lors de la vente d'un bien immobilier, il est possible pour le vendeur de prendre en compte le coût des travaux qu'il a réalisés dans le calcul de la plus-value.