Portrait-robot des emprunteurs
04/02/2019

Thumbnail [16x6]

D’après l’étude annuelle réalisée par Meilleurtaux, le montant des revenus des foyers emprunteurs était de 4 376 € en 2018, en très nette baisse par rapport à 5 134 € en 2017 et près de 5 500 € en 2016. « C'est la première fois depuis 5 ans que les revenus moyens de l'emprunteur type sont aussi largement en baisse et sous la barre très nette des 5 000 € », précise Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com. Côte âge, l'emprunteur rajeunit de 9 mois pour passer à 36 ans en moyenne, contre 37 ans en 2016 et 36,9 ans en 2017. Cependant, la part des emprunteurs de moins de 35 ans est relativement stable, ils représentent en 2018 43 % des emprunteurs et les moins de 30 ans représentent 23 %.

L'apport 2018 est en légère hausse par rapport à 2017 et s'établit à 18 028 €, mais toutefois plus faible qu'en 2014, 2015 ou 2016. Pour rappel, il était de 55 000 € en 2015 et 70 000 € en 2014.

Pour la première année depuis 3 ans, le montant de l'emprunt moyen se stabilise. Après avoir bondi de 37 000 € entre 2015 et 2017, il reste à quelques euros près à 216 000 €. Pour rappel, cet emprunt (sur la durée phare de 20 ans) correspond à un emprunteur ou un couple d'emprunteurs affichant des revenus nets mensuels à 3 000 €, soit un couple disposant à deux de 500 € de moins que le salaire médian d’un couple français (source Insee 2017) à 3 524,50 €.

Hausse des prix oblige, Meilleurtaux constate à nouveau une hausse du montant moyen de la transaction qui s'est élevée en 2018 à 235 000 € après 230 000 € en 2017 et 220 000 € en 2016.

Enfin, effet logique et prévisible de la multiplication des offres des crédits sur 25 ans et présence notable des emprunteurs jeunes, la durée moyenne s'allonge très légèrement, passant de 19 ans et demi en 2017 à 20 ans en 2018.

Autres articles

Assurance emprunteur, le CCSF veille au grain

Le Comité Consultatif du Secteur Financier dresse un premier bilan de la réforme de l’assurance emprunteur.

Boom du crédit immobilier

Le crédit aux particuliers est toujours en croissance et la renégociation de prêts immobiliers à un niveau record.

Emprunt immobilier : 10 ans maxi de domiciliation des revenus

Lors d'un emprunt immobilier, la banque exige la plupart du temps la domiciliation des revenus dans son établissement. La loi limite désormais cette exigence.